Pour connaître l’histoire de SATAN JOKERS, il faut remonter en 1979 avec le groupe JARRETELLES. A l’époque, celui-ci n’était formé que du chanteur-batteur Renaud Hantson, de Laurent Bernat à la basse et d’un guitariste. Le trio ne fit que quelques concerts et enregistrements et décida d’auditionner des chanteurs, c’est Pierre Guiraud qui fut choisi. Au départ, ce dernier fut surtout remarqué pour sa tenue extravagante (on dit qu’il serait venu à l’audition avec une chaussure rouge et une autre blanche). Le groupe se séparant de son premier guitariste, Stéphane Bonneau (ex-STRATOS devenu WARNING) fut rapidement engagé. C’est donc en décembre 1981 que naquit le groupe SATAN JOKERS dont le nom fut inspiré à Renaud Hantson par deux bandes de motards rivales des Hell’s Angels aux Etats-Unis : les Satan Slaves et les Gipsy Jokers. Afin de démarcher les maisons de disques, le groupe enregistra une démo trois titres en studio (celle-ci fut présentée dans une boîte en fer) composée des titres “Les fils du métal”, “Quand les héros se meurent” et “Vices privés” (cette dernière composition réapparaîtra sous une version différente sur le deuxième album du groupe).Ils passèrent à la télévision dans l’émission de Francis Zégut “Les enfants d’AC/DC” le 26 décembre 1982 pour y interpréter le titre “En partance pour l’enfer” et furent très vite remarqués. Le public de SATAN JOKERS devenant de plus en plus important, le groupe enregistra son premier album. Isabelle de Kervalec (mère de Stéphane Bonneau devenue productrice du groupe) décrocha un contrat pour SATAN JOKERS chez Phonogram. Courant 83 parut un premier opus épique intitulé ” Les Fils Du Métal ” (dont les 10 000 premiers tirages contenaient un patch portant le logo du groupe), également précédé d’un 45 T ” Les fils du métal ” / ” Quand les héros se meurent “. Heureux de voir son premier album atteindre de bons chiffres de vente le groupe ne donna malgré tout que deux concerts cette année là, le premier au Palace à Paris le 3 juin 1983 et le second à Lyon à la salle Rameau le 29 juin 1983. Si à l’époque le public répond massivement présent, ce n’est pas le cas de la presse qui lui réserve un accueil plutôt mitigé.En 1984, le groupe retourna en Studio pour l’enregistrement de son deuxième album ” Trop Fou Pour Toi ” avec Steve Prestage (ingénieur du son pour Gary Moore et Phil Lynott entre autres). A nouveau le premier single obtint un support précieux de WRTL avec Francis Zégut. Les fans de la première heure furent surpris à la sortie de ce deuxième album, assez différent du premier car sonnant plus hard FM. En revanche la presse, elle, fut cette fois très positive. Petite anecdote, ” Trop Fou Pour Toi ” aurait dû, sur une idée de Renaud Hantson inspiré par les prophéties de Nostradamus, s’appeler ” 1984 ” (avant que VAN HALEN ne sorte son album intitulé ainsi) mais la maison de disques préféra donner à l’album un titre figurant sur celui-ci. Le groupe partit en tournée pour 30 dates dont le Bol D’or en septembre 1984.En 1985 sortit le dernier album du groupe sobrement baptisé « III ». Croyant séduire un public trouvant (déjà à l’époque !) les disques trop chers, la mode chez Phonogram était aux mini-albums six titres. Plutôt violent et musicalement très technique (précurseur de la « Fusion-Métal »), l’album regroupant six chansons aux climats variés et d’une durée équivalente d’un 33 tours traditionnel voyait à nouveau Pierre Guiraud et Renaud Hantson se répartir les vocaux, fut suivi de plusieurs dates et festivals où le groupe partagea souvent l’affiche avec d’autres metal-bands hexagonaux. Le France Festival réunissant environ 50 groupes avec SATAN JOKERS en tête d’affiche le premier soir et TRUST le second n’attirant que 2000 personnes, Renaud Hantson décida de mettre un terme à l’aventure pour en démarrer une autre en solitaire qui s’avéra plus grand public avec sa participation au mythique opéra-rock “Starmania” en 1988.La suite appartient à l’histoire… Hantson ne délaissant jamais définitivement le rock n’ roll puisqu’il sortit en 1992 l’album culte “FURIOSO” avec le guitariste Thibault Abrial, Zouille (ex-chanteur de SORTILEGE), Farid Medjane (ex-TRUST) et les dix guitaristes français les plus représentatifs du hard rock hexagonal (Nono, Patrick Rondat…) pour finir par rejouer en trio dans son rôle de batteur-chanteur depuis 2005 pour son projet parallèle FURIOUS ZOO (trois albums « Furioso II » , « Furioso III », « Furioso IV » et un DVD) qui lui permet de revenir à ses racines en jouant dans des clubs à l’image de ses idoles anglo-saxonnes.En 2005, Hantson produisit ce qui deviendra le testament et la preuve de l’avant-gardisme de SATAN JOKERS, un Best of live (dédié à Laurent Bernat, bassiste et co-fondateur du groupe, mort en 2004) regroupant les six titres du troisième album jamais réédité en CD et les chansons que les quatre compères avaient l’habitude de jouer régulièrement en concert. En 2008, Renaud Hantson sort de ses tiroirs les derniers enregistrements jamais parus du groupe avec la formation d’origine “HARDCORE COLLECTORS” (sorti en septembre 2008 chez Brennus Music) qui contient 19 chansons dont 8 titres inédits datant de 1985 et des enregistrements live de 1982 à 1986.On notera déjà la présence de Pascal Mulot, Michaël Zurita et Olivier Spitzer sur certaines chansons de cet album qui préfigure ainsi le nouveau line-up du SATAN JOKERS 2009 prêt à renaître. Véritable super-groupe constitué de la crème de la crème du Métal hexagonal où viennent également se greffer pour les enregistrements studio les batteurs Marc Varez, Gérald Manceau, et Joe Steinmann ainsi que les voix additionnelles de Oliver Del Valle et de Christian ” Zouille” Augustin sur quelques choeurs dont un duo (sur ” Indien De Demain “). Certains organisateurs de festivals ainsi que la volonté de Pascal Mulot et de Renaud de rendre hommage à Laurent Bernat (bassiste de génie et co-fondateur du groupe) ont donné l’envie à Hantson d’écrire avec ce nouveau line-up une page supplémentaire de l’histoire de SATAN JOKERS, rejoint en invité spécial par Stéphane Bonneau aux guitares sur certains titres. Avec l’album « SJ 2009 » sorti en mars, le groupe a donné un premier avertissement qui lui a notamment permis de monter le dimanche 21 juin 2009 sur la scène du HellFest. Un passage, salué unanimement par la critique et le public, qui a prouvé que cette reformation était plus que digne de ce nom.Renaud HANTSON voulant justement prouver son attachement à ce projet qui est bien plus qu’un « coup de nostalgie » médiatique, SATAN JOKERS a sorti la même année un nouvel album intitulé « FETISH X », peu avant de partir en tournée en novembre. Cet album, sur lequel HANTSON assurera comme dans les 80’s toutes les parties de batterie en plus du chant en dehors des titres “Fetish X” et “Ephémère” où AUREL nouveau batteur du groupe démontre ses talents, s’annonce déjà comme une des pièces maîtresses de l’oeuvre de SATAN JOKERS avec comme point culminant le titre de 20 minutes « L’Enfer C’est Ici », véritable morceau de bravoure contenant 7 parties. On retrouve également bien entendu des textes volontairement provocants (“Ephémère” sur la télé-réalité, “Hypnotiseur” sur l’aliénation que créent les nouvelles technologies, “Fetish X” et ses déviations sexuelles), une musique toujours aussi inventive (“Chimères”, “Satan”, “Illégal”, “Propaganda”, “Dictateurs”, “Guerilla”…) et un univers bien particulier (on notera les deux bonus tracks reprenant les classiques de la formation originelle “Les Fils Du Métal” et “Pas Fréquentables” ré-actualisés de façon totalement imparable). SATAN JOKERS reste le groupe qu’on adore ou qu’on hait, le groupe français culte qu’on aime détester ou qu’on déteste aimer, mais en tout cas il est impossible avec “ADDICTIONS”, le CD du groupe redevenu quartet comme à ses débuts qui est un concept album, de ne pas se rendre compte du talent encore plus évident aujourd’hui que dans les années 80 de Renaud HANTSON et des compères dont il s’entoure… Cet album conçu avec la collaboration pour les textes d’un des plus éminents psychiatres-addictologue sur le sujet : Laurent KARILA est considéré comme l’oeuvre ultime du combo et décrit les 17 années de dépendance de Renaud HANTSON à la cocaïne (à lire l’autobiographie de l’artiste « POUDRE AUX YEUX (Sexe & drogues & show business) » parue chez Flammarion en avril 2012). Le disque s’accompagne d’un e-Book, un nouvel objet de prévention et d’ART-Thérapie. La sortie nationale a eu lieu en octobre 2011… Le 5 janvier 2013 est sorti le concept-album “Psychiatric”, toujours sur textes de Laurent KARILA, qui est un véritable manuel de psychiatrie et inclut également le premier DVD du groupe regroupant des images toutes époques confondues!… Un double album live “Live Bootleg” sortira le 4 janvier 2014 regroupant la prestation du groupe au SATAN’S FEST III ainsi que lors d’un concert à Laudun en février 2013. De plus, la Commission de validation de la MILDT (Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie) considère « AddictionS » de SATAN JOKERS, projet porté par le Docteur Laurent Karila et Renaud Hantson, comme justifiant d’une diffusion nationale. La MILDT fera figurer cet outil sur sa base de données www.drogues.gouv.fr et autorise le groupe à y apposer son logo… Sans agence de booking et sans producteur de spectacles attitrés des dates de concert ont malgré tout lieu régulièrement.

Le groupe a sorti fin 2014 un ultime concept album qui  s’intituler”Sex-Opéra”, album aux allures d’Opéra Rock qui pourrait être le dernier du quartet. On y retrouve les voix de Stéphane Buriez de Loudblast dans le personnage de King Sodom (avec  le titre du même nom ainsi que sur “VIP HIV” le final de l’album), Olivier Del Valle de Shannon, Fred Le Tazz de Black Bear Fury, Boban de Snake Eye dans des personnages de voyeurs initiant le Sexaholic au déviances sur Internet avec le quatuor vocal “Charnel déclic” et sur les choeurs de divers titres de l’album, Virginie Gonçalvès de Kells qui joue la dominatrice Cassandra (sur “Asphyxie érotique” et “Exhibition (Sans regrets et sans remords)”), Céline Lacroix de Sainte Ombre dans le rôle de la transexuelle (sur “Professionnelle” et “Transex”) ou encore Walther Gallay de Café Bertrand et Jo Amore de Nightmare sur le trio vocal “Royaume décadence”. La fine fleur des guitaristes français apportent également leur pierre à cet édifice : Patrick Rondat, Gildas Arzel (ex-Canada), Sébastien Bizeul (Alien Breakfast) et Christophe Godin (Mörglbl, GNO). Leurs solos se mêlent aux accords virtuoses de la “dream team du Metal français” que sont le bassiste Pascal Mulot, le guitariste Mike Zurita, le batteur Aurel Ouzoulias et Renaud Hantson au chant qui montrent à nouveau sur cet album l’étendue de leur talent. Cet album est accompagné d’un DVD du film “La grande illusion”, réalisé par Crock Brandalac et Rémy Bousquet, qui donne une vision du Heavy Metal français des années 80 en retraçant la carrière du groupe. Vous y découvrirez les anecdotes de Francis Zégut, Zouille (Sortilège), Michel Boulanger, Laurent Karila, Pierre Guiraud, Stéphane Bonneau et des membres de la reformation actuelle.… Visitez : www.myspace.com/satanjokers www.facebook.com/satanjokersfanpage